Un enfant présente un risque accru d’allergie dès lors que ses frères et sœurs, l’un de ses parents ou les deux sont allergiques. Si vous vous trouvez dans ce cas, il est conseillé d’allaiter de façon exclusive votre enfant au moins jusqu’à quatre mois, tout comme pour les enfants en bonne santé. Si vous ne pouvez pas allaiter, donnez à votre enfant du lait pour nourrisson. Il n’est pas recommandé de donner du lait de vache ou d’autres mammifères, de même que des boissons d’origine végétale (à base de soja, par exemple) avant l’âge de 12 mois, car ils ne couvrent pas les besoins nutritionnels du nourrisson. Si vous allaitez votre enfant et ne souffrez vous-même d’aucune allergie ou intolérance alimentaire, vous ne devez pas suivre de régime particulier. Le fait de ne pas consommer certains aliments n’aide en rien à prévenir d’éventuelles allergies chez votre enfant. Après six mois, vous pouvez au besoin passer à un lait de suite.

À partir du cinquième mois, vous pouvez introduire progressivement des aliments de complément en plus de l’allaitement. Le fait de retarder la diversification alimentaire n’empêchera pas l’enfant de développer des allergies. Il y a quelques années encore, on recommandait parfois d’éviter certains aliments (aliments contenant du gluten ou poisson, par exemple) avant l’âge de 12 mois. Des études récentes ont toutefois montré que cela n’avait aucun effet préventif sur l’apparition des allergies. Au contraire: une alimentation variée et adaptée à l’âge de l’enfant au cours de la première année semble offrir un effet protecteur contre les allergies; la consommation de poisson notamment semble avoir un effet positif.
Les nouveaux aliments doivent être introduits à quelques jours d’intervalle pour pouvoir déceler et identifier les éventuelles intolérances.